Return to Le travail en train de se faire


Theatrum Anatomicum (Mangeti), 1717

 

Lundi 17, mercredi 19 et vendredi 21 septembre

Je n’ai pas accès à un atelier sur place et cela était clair dès mon application pour la résidence. Je m’installe donc à une table immense avec un cahier de croquis neuf dédié au projet, un crayon mine (seul outil permis), une efface, un aiguisoir et ma petite loupe de lithographie. Les documents arrivent sur chariot, plusieurs chariots. Certains documents, les folios éléphants, remplissent complètement la table. Tous fragiles, ils doivent être couchés sur des coussins : un pour la tranche puis un de chaque côté pour empêcher le livre de s’ouvrir à plat. Je me retrouve encore à dessiner en public, loin de l’intimité de l’atelier.

 

Comment débuter ? La semaine dernière, j’ai demandé à Margaret, la chercheuse m’ayant précédé à Osler et partageant des intérêts de recherche similaires, de me laisser regarder son matériel. Elle a tout de suite accepté, chose rare, à ce qu’il paraît, dans le monde académique ! Je débute donc par un exercice de passation et intègre, à mon projet, l’étude de dizaines de manuscrits compulsés par elle, organisés sur plusieurs chariots et presque autant de tables. Une mini-bibliothèque à l’intérieur de la grande.