Return to Le travail en train de se faire


 

Le travail est intense à l’atelier. Je fais le deuil de ce que je croyais faire et je me concentre sur ce qui surgit. Je laisse aller. Le midi, j’essaie de sortir pour dîner, question de changer d’air. Le serveur m’apporte ma soupe et remarque mes mains encore tachées d’encre. Il ne dit rien. Takk. Takk. Takk.

Il y a beaucoup d’espace et de silence autour de moi cette semaine. La lumière entre de partout dans la maison et les aquarelle qui occupent tables, chaises et planchers sèchent rapidement. Les grandes flaques déposées sur le papier le soir sont déjà sèchent au petit matin. Je les étudie en sirotant mon café. Les dessins et les gravures me surprennent...c’est bon signe, je crois.